Le Plateau
Paris

L'Homme aux cent yeux (la revue), 2017. Conception graphique : baldinger•vu-huu

Hip Height – Marie Lund

Deuxième épisode : Marie Lund
16.11.17 – 19h30

Pour ce nouvel épisode de L’Homme aux cent yeux (revue), nous accueillons l’artiste danoise Marie Lund. Au plateau, sa proposition s’intitule Hip Height, un texte qui présente une visite virtuelle d’une exposition qu’elle a réalisée à Mérida, dans l’Etat du Yucatán au Mexique.

Par la lecture de ce texte, Marie Lund nous guide dans un espace dont les contours et l’atmosphère prennent corps progressivement, les objets apparaissent et les lignes se dessinent petit à petit.

Marie Lund (née en 1976 à Copenhague) vit et travaille à Londres. Récemment, elle a pu participer à des expositions personnelles  telles que Legumes au Holstebro Kunstmuseum, Scout à la galerie Jose Garcia à Merida, PIT à la galerie Croy Nielsen à Berlin, Flush au Badischer Kunstverein, et Drums au Museo Marino Marini. Son travail a été présenté dans des expositions au Palais de Tokyo à Paris, à la Tate Britain à Londres, à la Fondation Sandretto Re Rebaudengo à Turin, au Extra City Kunsthal à Anvers, au Kunstmuseum de Krefeld, au Musée d’Art Contemporain de Detroit, au Kunstverein de Cologne, au Kunsthalle de Mulhousse, au De Vleeshal à Middelburg, au Musée d’Art Contemporain de St. Louis, à l’Institut suisse à New York, et au CCA Wattis de San Francisco entre autres.

 

L’Homme aux cent yeux (revue)

En octobre 2015, le frac île-de-france a lancé une nouvelle revue : L’Homme aux cent yeux.

Cette revue – dans un clin d’œil aux glorieuses aînées des années 30 et à l’esprit Music-Hall – propose un programme annuel d’interventions live ouvert à toutes les formes de création artistique (travail sonore, filmique, chorégraphique …) avec des artistes invités à investir les espaces d’exposition du plateau en deux phases. Tout d’abord le temps d’une soirée et au sein de l’exposition en cours, pour une pièce à dimension performative créée spécialement pour l’occasion. Ensuite, une fois dans l’année, sur une période d’inter-exposition où les espaces ont été libérés dans l’attente du prochain montage, pour une nouvelle soirée – point d’orgue de la revue – où tous les invités sont rassemblés et proposent une suite à leur première intervention. Ces deux formes d’intervention permettront aux artistes invités d’expérimenter dans des contextes différents de nouvelles œuvres dans une relation directe avec le public.

*L’Homme aux cent yeux (revue) a notamment pour référence Argos, géant omnivoyant de la mythologie grecque à la funeste – et magnifique – destinée.