Le Château
Rentilly

Animal on est mal

Les quatre éléments (détail), Flandres XVIème ou XVIIème siècle © Musée de la Chasse et de la Nature. Photo : Sylvie Durand
Les quatre éléments (détail), Flandres XVIème ou XVIIème siècle
© Musée de la Chasse et de la Nature. Photo : Sylvie Durand

La collection du Musée de la Chasse et de la Nature
revisitée par Richard Fauguet


Vernissage le samedi 24 septembre 2016, de 11h à 17h30

 

Avec les oeuvres de :
Gilles AILLAUD, Bertille BAK, Damien CABANES , Jean CARRIÈS, Johan CRETEN, Alexandre-françois DESPORTES,  Richard FAUGUET, FISCHL/WEISS, Walton FORD, Jean-Charles HUE, NIcolas KENNETT, Laurent LE DEUNFF, Rainier LERICOLAIS, Didier MARCEL, Patrick NEU, Présence PANCHOUNETTE, SHIMABUKU, Daniel SCHLIER, Elmar TRENKWALDER, Xavier VEILHAN, céramiques du XVIIIème siècle et tapisseries du XVIème au XXème siècle…

 

Commissaire de l’exposition : Richard Fauguet

 

Le frac île-de-france et la Communauté d’agglomération de Marne et Gondoire accueillent le Musée de la Chasse et de la Nature au château de Rentilly, ainsi que dans la Salle des Trophées, en invitant l’artiste Richard Fauguet à assurer le commissariat de l’exposition conçue à partir des collections du Musée. En puisant aussi bien dans les œuvres anciennes que contemporaines de la collection et en y associant d’autres pièces prêtées exceptionnellement pour l’exposition, Richard Fauguet nous propose une mise en abîme de l’imaginaire du château, intrinsèquement lié à celui de la chasse, invitant ainsi la nature et le monde animal à entrer à l’intérieur du château.

Un ensemble très rarement montré de tapisseries du 16ème siècle à nos jours issues des collections du Musée structure l’espace d’exposition. Ces très grandes tentures deviennent des peintures-écrans permettant au paysage de pénétrer à l’intérieur du château et font ainsi écho
au projet de Xavier Veilhan, qui a transformé celui-ci en surface de projection du parc environnant. Le château se fond dans la nature qui l’entoure et qui, à son tour, s’introduit dans ses murs.

Les tapisseries dessinent un parcours labyrinthique, où l’on découvre petit à petit les œuvres, petites sculptures, céramiques et peintures. Elles composent un bestiaire qui traverse allègrement les époques et fait s’entrechoquer les styles et les techniques les plus divers.

Un ensemble de têtes d’animaux en céramique présenté à la manière d’une pièce montée a pour pendant des céramiques de Johan Creten et Elmar Trenkwalder et instaure un jeu entre pièces artisanales et vernaculaires et œuvres contemporaines. C’est une composante récurrente dans l’œuvre de Richard Fauguet, qui puise souvent dans l’art « modeste » et les techniques ou médiums artistiques jugés désuets, instaurant ainsi une certaine porosité entre des domaines a priori incompatibles. Le même type de «collage» se retrouve entre une collection d’armes anciennes dont le mécanisme très sophistiqué fait face à une pièce de Xavier Veilhan, composée d’une série de fusils très stylisés.

Un ensemble de peintures de Daniel Schlier représentant des chiens regardant des œuvres se trouve placé en vis-à-vis avec une œuvre de Richard Fauguet, Molécule de chien et nous entraîne dans un vertige canin inattendu.

Plusieurs films et vidéos font contrepoint à ce bestiaire étrange, dont le chef d’œuvre de Fischli/Weiss, Le droit chemin, qui nous emmène dans un univers à la fois poétique, loufoque et bucolique et empreint de questions existentielles.

Les collisions sont aussi d’ordre visuel, lorsque la fine structure graphique des sculptures de cerfs de Didier Marcel ou la fragile transparence de l’armure de Patrick Neu font face aux imposantes tapisseries qui découpent l’espace. Les sculptures de Laurent Le Deunff – mammouth en papier mâché et trompes d’éléphant emmêlées telles des trophées de chasse impuissants – entrent en résonance avec les animaux naturalisés provenant des collections du musée.

Cet univers de la chasse ou de l’animal-objet de curiosité remet également en perspective le château et son histoire, avec les nombreux animaux que comptait le parc, daims, chevaux, ainsi qu’un ours gardé en cage dans le parc à l’époque où la famille Menier possédait le domaine de Rentilly, sans oublier la présence d’un pingouin –histoire véridique ou légende ? – et l’existence de la Salle des trophées où se réunissaient les Menier après la chasse.

 Le titre de l’exposition est issu d’une chanson de Gérard Manset, sortie en 1968

 

rendez-vous

Visite avec Rainier Lericolais
Dimanche 30.10.16 – 15h

Visite avec Richard Fauguet
Dimanche 04.12.16 – 15h

Visite avec Laurent Le Deunff
Dimanche 22.01.17 – 15h

Visites guidées
Tout les dimanches – 15h

Week-end des  FRAC
Samedi 5.11.16
14h30 : visite guidée exceptionnelle
16h : visite-atelier à destination des enfants (à partir de 6 ans) sur réservation : 01 60 35 46 72
Activités gratuites

Dimanche 6.11.16
Le frac île-de-france propose pour la première fois un parcours réunissant ses deux lieux d’exposition, le plateau à Paris et le château à Rentilly
Programme gratuit, réservation navette obligatoire :
reservation@fraciledefrance.com

Projections films Fischli & Weiss
Mercredi 30.11.16 – 19h30
Musée de la Chasse et de la Nature, Paris

 

Parc culturel de Rentilly
Communauté d’agglomération de Marne et Gondoire
Domaine de Rentilly, 1 rue de l’étang
77600 Bussy-Saint-Martin

RER A
Station Torcy, puis à pied (20 minutes) ou
Station Torcy, sortie principale côté bus PEP’S
Ligne 21 (arrêt Rentilly)
Lignes 254613  (arrêt Cèdre)

Autoroute A4
En venant de Paris, prendre la A104, sortie « Collégien centre », puis suivre la direction Rentilly.

Mercredi et  samedi 14h30 – 17h30
Dimanche 10h30 – 13h et 14h30 – 17h30

 

 

Journal de l’exposition