Le Château
Rentilly

Dorothea Tanning, Chambre 202, Hôtel du Pavot, 1970 © The Estate of Dorothea Tanning / Adagp, Paris. Photo : Centre Pompidou, MNAM-CCI/Georges Meguerditchian/Dist. RMN-GP. Collection Centre Pompidou, Paris Musée national d’art moderne - Centre de création industrielle

SoixanteDixSept, Hôtel du Pavot…

 Trois expositions du 40e anniversaire du Centre Pompidou

Centre Photographique d’Ile-de-France
La Ferme du Buisson
frac île-de-france, le château / Parc culturel de Rentilly – Michel Chartier

 

 

SoixanteDixSept : le projet

 

À travers plusieurs expositions et un festival, trois lieux phares de l’art contemporain en Seine-et-Marne (77) convoquent la date emblématique (1977) de la création du Centre Pompidou – « centrale de la décentralisation » – pour réinsuffler l’esprit d’une époque à l’échelle d’un territoire.

Dans les trois centres d’art se déploient des œuvres créees ou acquises en 1977, celles d’artistes nés en 1977 ou des œuvres portant un regard sur le musée et son histoire, pour faire circuler les publics et les idées. Le projet revient sur une vision de l’art et de la société, un moment clé porteur d’utopies qui traversent encore la création contemporaine. Reconsidérer ce moment après quarante ans, c’est comprendre comment un musée fait histoire, en conservant mais aussi en modélisant un futur.

Vernissage commun aux trois lieux
le samedi 11 mars 2017, de 11h à 18h
(navettes gratuites sur réservation)

 

 

SoixanteDixSept, Hôtel du Pavot …

frac île-de-france, le château /
Parc culturel de Rentilly – Michel Chartier

Dorothea Tanning, Chambre 202, Hôtel du Pavot, 1970 © The Estate of Dorothea Tanning / Adagp, Paris.
Photo : Centre Pompidou, MNAM-CCI/Georges Meguerditchian/Dist. RMN-GP. Collection Centre Pompidou, Paris Musée national d’art moderne – Centre de création industrielle

 

Avec les œuvres de :

Andrej ABRAMOV, Mac ADAMS, Eduardo ARROYO, John BALDESSARI, Hannes BECKMANN, Robert BREER/ Pontus HULTEN, Victor BURGIN, Marc Camille CHAIMOWICZ, Paul CORNET, Lucio FANTI, Esther FERRER, ROBERT FILLIOU, Jose FIORAVANTI, GENERAL IDEA, Emile GILIOLI,
Aroldo GOVERNATORI, Sigurdur GUDMUNDSSON, Erich HARTMANN, Marius HERMANOWICZ, Francis JALAIN, Edmund KUPPEL,
Jiri KOVANDA, Ugo LA PIETRA, Urs LÜTHI, Annette MESSAGER,
Duane MICHALS, Dore O. / Werner NEKES, Slobodan PAJIC, Max PAM,
Neša PARIPOVIC, Roger PARRY, Dieter ROTH / Richard HAMILTON,
Ulrich RÜCKRIEM, Dorothea TANNING, Monique TIROUFLET,
Jean-Luc VILMOUTH, Piet ZWART

 

Commissaire de l’exposition : Xavier Franceschi

Fidèle au protocole commun aux trois lieux, l’exposition au château déroule une succession de paysages multipliant les analogies tant formelles que sémantiques pour une expérience inédite.

Autour de Chambre 202, Hôtel du Pavot de Dorothea Tanning (pièce acquise en 1977) se déploie une installation globale intégrant nombre d’œuvres aux accents surréalistes, jouant de correspondances explicites à la fois de matières et de situation avec l’œuvre de l’artiste américaine. Ce rapport à l’organique, à l’intime et à une certaine étrangeté induit par l’œuvre de Tanning se voit prolongé par d’autres œuvres, ayant toutes pour point de jonction l’année 1977.

La seconde partie de l’exposition s’ouvre sur des formes expérimentales et prospectives, notamment pour cette fin des années soixante-dix : composée de films et de vidéos, dont de nombreuses pièces en provenance d’autres Frac, avec des œuvres révélatrices d’un autre
rapport au réel, qu’il s’agit de transposer en renouvelant les modes de narration, ou sur lequel il s’agit d’intervenir, un réel qui est celui que l’on vit pour autant d’expériences à dimension performative.

Ainsi, l’exposition rend compte de façon singulière de la réalité d’une période cruciale de l’art et de la vision que le Centre Pompidou a pu en avoir au moment de sa création.

 

Parc culturel de Rentilly – Michel Chartier
Communauté d’agglomération de Marne et Gondoire
Domaine de Rentilly, 1 rue de l’étang
77600 Bussy-Saint-Martin
Mercredi et samedi 14h30 – 17h30
Dimanche 10h30-13h et 14h30-17h30

Consulter accès

 

 

 

SoixanteDixSept, Quand Rossellini filmait Beaubourg

 

CMJN de base


Commissariat : Julie Pellegrin en collaboration avec Marie Auvity

En 1977, Roberto Rossellini consacre son ultime film à l’ouverture du Centre Pompidou pour se faire le témoin de l’avènement d’une nouvelle modernité artistique, architecturale et culturelle. Ignorée pendant 40 ans, cette œuvre est dévoilée aujourd’hui.

www.lafermedubuisson.com

 

 

 

 

SoixanteDixSept Experiment

 

Imprimer


Commissariat : Nathalie Giraudeau

Le Centre Photographique d’Île-de-France a sélectionné dans les collections du Centre Pompidou des œuvres emblématiques de la scène artistique féminine des années 70, et qui témoignent de l’extraordinaire vitalité des expérimentations menées alors.
Les artistes Marcelline Delbecq, Ellie Ga, Marina Gadonneix et Aurélie Pétrel réagissent à ce contexte et explorent la question de l’expérimentation performative en concevant des dispositifs propices à faire image, à agir.  Elles construisent ainsi, dans un projet collaboratif avec les critiques d’art Audrey Illouz et Rémi Parcollet, un rapport aux images et un état d’être au monde, dont une part est héritée des années 70.

www.cpif.net

 

 

Performance Day #2 – Le musée performé

Centre Photographique d’Île de France / Ferme du Buisson
Festival de Performance, samedi 3 juin 201, midi – minuit

Pétrel | Roumagnac (duo), Latences #1, 2014, courtesy des artistes et de la galerie Escougonu-Cetraro

 

Avec les œuvres de : Béatrice Balcou, Marcelline Delbecq et Ellie Ga, Ben Evans et Luis Miguel Félix, Ricardo Jacinto, Kapwani Kiwanga, Anouchka Oler, Onze Heures Onze Orchestra, Pétrel l Roumagnac, Projecto Teatral.


Commissariat
: Xavier Franceschi, Nathalie Giraudeau, Julie Pellegrin, Cristina Grande, Ricardo Nicolau, Pedro Rocha (Fondation Serralves, Porto)
Pour Performance Day #2, les six commissaires internationaux se penchent sur la question du «musée performé», pour comprendre comment un musée fait histoire. Jusqu’où participe-t-il d’une chosification et à partir de quel moment devient-il un objet malléable, transformé par des sédimentations historiques, discursives, gestuelles, fictionnelles ?

Depuis les années 1960-1970, les artistes n’ont eu de cesse d’interroger l’institution muséale, ses codes de représentations et ses discours dominants, son pouvoir de réification et de normalisation, les modalités d’exposition et de circulations des oeuvres, son rapport à l’archive et à la collection, la place attribuée au spectateur
et à la transmission.

Aujourd’hui, toute une génération d’artistes renouvelle ce qu’on a jadis appelé la «critique institutionnelle» à travers la production de récits alternatifs, faisant entendre des voix subjectives ou minoritaires.
À la fois poétiques et politiques, leurs propositions font la part belle à l’invisible et à l’immatériel, à l’écoute et à l’attention. À travers des jeux d’accrochages, des conférences, des visites guidées, des manipulations d’objets et des interprétations musicales ou théâtrales, les artistes mettent en scène des histoires de musées et de collections résolument singulières.


Plus d’informations…

 

Centre d’art contemporain de la Ferme du Buisson
allée de la Ferme
77186 Noisiel
Centre photographique d’Île-de-France
107, avenue de la République
Cour de la ferme briarde
77340 Pontault-Combault
navettes au départ de Paris sur réservation : 01 64 62 77 77